© 2019 Ecotem

Le projet

La démarche

A travers le projet ECOTEM, nous vous proposons de participer à un modèle unique de valorisation culturelle de la biodiversité. L’ECOTEM désigne un espace naturel de commémoration et de reconnexion-nature. Concrètement, il pourra s’agir d’un arbre (tout juste planté ou déjà existant), d’un bosquet écologique, voire d’un paysage (puisque la technologie fonctionnera par géolocalisation) auquel on associera une mémoire numérique, la « Feuille de mémoire », via l’utilisation de l’application ECOTEM.  

Les « Feuilles de mémoire » pourront être de 3 natures :

  • Feuilles de Naissance, lorsque les parents décident de créer un ECOTEM pour célébrer la naissance de leur enfant

  • Feuilles de Vie, lorsqu’une personne décide de créer un ECOTEM pour confier son histoire à la postérité

  • Feuilles d’Eternité, lorsque la famille décide de créer un ECOTEM pour commémorer le départ d’un proche

L’écosystème des mémoires

Ces « Feuilles de mémoire » permettront de stocker des textes, des photos, des enregistrements et des vidéos en lien avec « l’histoire » racontée par l’ECOTEM. Elles seront stockées et enregistrées dans un réseau numérique dédié et sécurisé : « l’Ecosystème des mémoires ». Outre certaines fonctionnalités permettant notamment d’ériger des arbres généalogiques numériques, l’Ecosystème des mémoires offrira la possibilité de consulter et d’enregistrer ces « Feuilles de mémoire » sans limitation de durée.

Le projet ECOTEM offre ainsi la possibilité de confier son histoire à la postérité en l’associant à un espace naturel au profit des générations futures. 

Deux conditions devront donc être réunies pour créer un ECOTEM : l’identification d’un espace naturel (un arbre, un bosquet, un paysage…), et le téléchargement de « l’application ECOTEM » afin de pouvoir associer la mémoire de son choix à l’espace identifié.

La portée sociétale du projet

En associant une mémoire numérique à la biodiversité, on attribue une dimension affective à la nature. La création d’un ECOTEM génère ainsi une forme d’appropriation culturelle, voire de sacralisation du rapport au vivant. Or en matière de respect et de préservation de la biodiversité, nous n’avons pas de meilleure garantie que celle reposant sur l’affect : la valorisation culturelle est potentiellement bien plus puissante que la seule valorisation économique pour modifier notre comportement et notre rapport à la nature.

Sur le plan méthodologique, tous les outils déployés par l’association (qu’il s’agisse du modèle économique ou du recours à la technologie numérique) sont mis au service de la même finalité : le développement de la biodiversité, la pérennisation des espaces naturels et leur valorisation culturelle par l’implication active de la société civile.

In fine, la nature perçue en tant que support de transmission des mémoires s'apparente à une passerelle entre générations. La reconnexion Humanité-Biodiversité devient, dans ce nouveau contexte, une réalité désormais accessible. 

Le recours à la technologie numérique

La technologie numérique doit être strictement appréhendée comme un OUTIL mis au service du projet ECOTEM, donc au service du vivant et de sa préservation. 


Réduire le projet ECOTEM à cette dimension exclusivement pratique n’a aucun sens : cela reviendrait à désigner une maison par le marteau qui a servi à enfoncer les clous… Une approche pour le moins réductrice ! La partie numérique du projet ECOTEM, c’est le marteau qui sert à construire ce modèle global d’appropriation culturelle de la biodiversité, autrement dit, c’est une innovation technologique et sociale au service d’un projet de société ! 


Ceci étant dit, il est important de souligner l’impact potentiel du recours à la technologie numérique sur l’environnement : il est évident et aujourd’hui largement documenté. Rappelons déjà sur ce point que la mise en œuvre du projet favorise le développement de la biodiversité et la préservation des espaces naturels (l’impact environnemental est déjà minimisé en amont, dans ce schéma). Mais au-delà de notre positionnement, nous avons choisi d’aller plus loin pour répondre de manière adaptée à cet enjeu écologique : pour prendre en charge le développement de la partie numérique inhérente au projet ECOTEM, nous faisons appel à notre partenaire « Natural Solutions » qui, en dehors de son engagement éprouvé en matière de développement durable, nous aidera à identifier les solutions de stockage les plus « vertueuses », c'est à dire celles qui reposent sur des systèmes de cogénération où l’excédent thermique issu de l’utilisation des serveurs est réutilisé pour d’autres applications (par ex. pour chauffer un bâtiment) selon un schéma d’économie circulaire. Plus qu’une simple politique de « minimisation de l’impact écologique », nous faisons en sorte que le déchet thermique ainsi produit devienne une nouvelle source d’énergie. 

Dernier élément sur cette question, le projet ECOTEM se veut également un projet fédérateur, un projet de réconciliation : oui, il est possible de concilier écologie et numérique à condition d’appréhender le numérique comme un OUTIL au service d’une finalité qui ait du sens : en l’occurrence, le développement de la biodiversité et sa valorisation culturelle. Il en résulte une vision plus moderne de l’écologie, une vision inclusive qui crée du lien et qui renforce le trait d’union entre Humanité et Biodiversité

Les actions de l’association

Dans le prolongement de cette vision et pour mieux défendre la portée sociétale du projet ECOTEM, l’association prévoit différents types d’actions complémentaires : 

Actions de reforestation, de génie écologique et de plantation bénévole (ex. opération « ça prend racine » organisée tous les 25 novembre, lors de la sainte Catherine) 

Lobbying auprès des institutions publiques pour favoriser l’émergence de nouvelles pratiques en matière funéraire (cimetières écologiques, forêts cinéraires, compostage humain…) et de manière générale, en matière de « plantations commémoratives ».

Mise en réseau et réalisations collectives autour de projets conformes aux valeurs de l’association : projets de développement de la biodiversité, de pérennisation des espaces naturels et de valorisation culturelle (ex. création d’espaces naturels collectifs dédiés à la mise en œuvre du projet ECOTEM - les « Réserves d’ECOTEM » -  en partenariat avec les collectivités et les partenaires scientifiques) 

Ces actions seront co-construites avec les adhérents de l’association (constitués en « ECOTEAM ») et l’ensemble des partenaires engagés au service du projet, dans une logique d’appropriation citoyenne et de travail collaboratif.

A lire aussi

Logo Ecotem N&B - Blanc.png